L’embarquement de R3 est prévu pour demain juste après midi et depuis que je me suis réveillée ce matin, j’ai du mal à y croire. Alors avant de préparer mes dernières affaires et de ranger mon dernier désordre, je voudrais faire quelque chose d’encore plus important. Je crois qu’il est l’heure maintenant des remerciements.

Difficile de mettre de l’ordre dans mes idées tellement vous avez été nombreux à participer à cette aventure, de près comme de loin…

Je tiens tout d’abord à remercier l’équipe du Centre d’Etudes Biologiques de Chizé, autrement dit mon laboratoire qui m’a permis non seulement de venir ici, mais en plus pour y effectuer un boulot de rêve. Merci aux 6 chercheurs qui, un jour de février, m’ont fait confiance alors que je me battais, seule contre tous pour leur prouver ma folle envie de partir en Terre Adélie. Et puis, cette histoire a commencé comme ça : « j’ai le plaisir de vous annoncer que votre candidature a été retenue pour le district de Terre Adélie ».

Je remercie également l’Institut Polaire français Paul Emile Victor de m’avoir accueillie sur la base de Dumont d’Urville. Petite base mais tellement familiale qu’on en oublie qu’on est au bout du monde.

En 16 mois, en Antarctique, il s’en passe des choses ! Je n’aurais jamais pensé faire autant de rencontres et j’espère sincèrement en revoir certains sous d’autres latitudes… je ne m’étalerai pas plus parce que j’aurais sans doute trop à faire et puis de toutes manières, les personnes les plus concernées sauront se reconnaitre…

Un grand merci aussi à mes 25 co-hivernants. Il est difficile de vivre avec des gens que l’on n’a pas choisis, qui plus est sur un caillou de 400 mètres de long. Et même si on est loin d’avoir été parfait (était-ce le but) je suis ravie d’avoir passé ces mois d’hiver en votre compagnie.

Mais il n’y a pas qu’ici que les rencontres ont été jolies. Évidemment, je ne vous oublie pas. Je remercie sincèrement tous ceux qui ont suivi ce blog. Certaines périodes ont été plus difficiles à raconter que d’autres et sans vous, j’aurais sans doute laissé tomber. Vos mails, vos commentaires et vos encouragements m’ont poussée à continuer. C’est grâce à vous qu’on en est là.

Les derniers et non les moindres… je remercie ma famille, ou plutôt ma drôle de tribu qui était dans cette histoire depuis le début : le stress de l’entretien, les pleurs et les doutes « je ne serai jamais prise »,l’euphorie « je suis retenue !! », le bordel des malles, la panique du départ… puis les 16 mois loin d’eux avec ses bons moments et ses moins bons. A aucun moment, vous ne m’avez fait ressentir que ça allait être dur pour vous aussi. Je remercie du fond du cœur ma maman. Même dans tes silences, je sais que la distance et la durée ont parfois été difficiles pour toi, mais ça y est je reviens, ne t’inquiète pas… Merci à Cricri, Parrain et Fania qui ne doutent  jamais de la « merdeuse » et qui ont toujours un bon petit conseil à me donner. Merci à ma grand-mère qui s’est mise à l’ordinateur, à internet et aux mails… pour pouvoir me suivre au bout du monde, comme d’habitude. Et puis un grand merci à celle qui a été le lien entre vous et moi : Go qui a tenu ce blog depuis le début et qui m’a transmis vos commentaires. Encore une fois, je me demande comment j’aurais bien pu faire sans toi.

Je serais bien ingrate de ne remercier que les « humains » dans cette histoire. Et même s’ils n’ont aucune conscience de ce qu’ils ont pu m’apporter, je tiens à rendre hommage à « mes » animaux qui ont été mon quotidien ici. J’ai passé des moments magiques en votre compagnie…
Isabelle, Grisou, Mamy, Dumbo, Lama, les ambassadeurs de chaque espèce et tous les autres. Puissiez-vous encore vivre longtemps dans votre monde de glace et de cailloux.

Je dédie ce blog à mon grand-père qui, j'en suis sûre, aurait adoré suivre les aventures de Tidre en Antarctique.

Gros bisous et à demain pour un tout dernier épisode ?

Marie