C'est Tidre.
 
L'Antarctique ça se mérite ; ça se mérite toujours autant,depuis le temps, et je suis au regret de vous
annoncer que je suis sur le point d'échouer dans mon voyage initiatique qui me mène à DDU !

 Mes malheurs ont commencé à Nice où ils m'ont gentillement fait comprendre que je n'avais pas de
visa pour l'Australie. Heureusement, ma persuasion légendaire (j'ai usé de ma plus triste mine) a eu
raison des hôtesses.
Tidre est un grand voyageur, il a donc son entrée toute convenue au pays des kangourous.

 Les malheurs ont continué à Dubaï où ils m'ont trouvé une tête de terroriste, ont vidé mon sac et
n'ont pas voulu comprendre que Tidre était un «  homme  » de sciences. Mes enregistreurs de
plongée pour manchots ressemblent à des balles de semi automatique qu'ils disaient...
Heureusement, ma persuasion légendaire (j'ai usé de mon plus beau sourire) a eu raison des
contrôleurs.
Tidre a eu son entrée toute convenue dans le boeing 777 d'Emirates.

 Ensuite quelque part entre Dubaï et Melbourne, à environ 10 000m d'altitude, des petits monstres
ont crié et pleuré des heures durant. Là j'ai bien cru que j'allais échouer dans ma mission mais ma
patience et ma persuasion légendaire (j'ai usé de mon regard le plus noir) ont eu raison des sales
gosses.
Tidre n'est pas fait QUE pour les enfants.

 Et me voilà maintenant sur l'Astrolabe, que j'ai pourtant tant apprécié au premier voyage. Mais là,
je suis tel un zombie arpentant les coursives la nuit. Je ne descends même plus manger (même pas
des carottes). Je rends visite à mes potes les albatros tout juste une fois par jour alors qu'ils suivent
le rafiot des jours durant.
Tidre n'a plus le pied marin, il faut se rendre à l'évidence...

 Finalement, alors que je me trouve coincé entre l'envie de continuer vers le plus beau caillou du
monde et l'envie de repartir droit pour la France, direction la couette, pour hiberner environ 4 ou 6
mois, une petite voix me dit : «  DDU... … DDU, seul endroit de la planète où la paperasse
administrative, les contrôleurs, le mal des transport et les sales gosses n'existent pas (enfin cette
dernière chose reste encore à prouver)...Tiens bon, Tidre tu y es presque  »

Allez je m'accroche encore un peu...
Moi aussi Je m'en irai dormir dans le paradis blanc.
Alors à bientôt j'espère,
Tidre Joe
 PS  : Cette fiction est malheureusement tirée de faits réels...